A propos des armoiries dans l’église de Saint-Barthélemy-de-Bussière

Ces peintures découvertes il y a plus de trois décennies, serviront à représenter Saint-Barthélémy-de-Bussière à la Félibrée 2012 de Piégut. Nous avons pensé qu’il serait intéressant de connaître les origines et les motifs de la création de cette fresque.
Daniel Zwilling

 
On s’aperçoit que le vitrail central côté nord de l’église a été réalisé postérieurement à la fresque ci-dessous (peut être lors de la fin du prieuré et sa transformation en église paroissiale).
Ce vitrail mange une partie de la fresque centrale. La partie gauche est restée sous un revêtement certainement déposé à la Révolution Française afin de masquer tout ce qui avait trait à la noblesse.



 
Fresque des Lions de l`église de St-Barthélemy
 
Fresque et sa représentation graphique.

<<<  Découvrez l'église en images en cliquant sur ce lien !
 
La fresque dégagée:

Ecu à Trois Tours tenu par deux lions, surmonté de la couronne de marquis entouré d’un collier qui n’est pas reconnu ici (Ordre de Chevalerie ?).













Pour le collier, (représentation ci-dessous),
il suffit de comparer avec les armes de Philibert, Vicomte de POMPADOUR, lieutenant général pour le Roi en Limousin (à ne pas confondre avec celui cité plus bas).

D'azur, à 3 tours d'argent maçonnées de sable, 2 et 1.
Supports : 2 griffons d'or. Cimier : une tête d'amazone au naturel, pénnachée d'argent et d'azur.

A gauche :
Collier de l’Ordre de Saint-Michel créé le 1er août 1469 par Louis XI.

A droite :
l’Ordre du Saint-Esprit crée par Henri III (1578). L’Ordre de la Toison d’Or n’a jamais été dans la famille.
Fresque couronne église

Pour l’écu d’Azur à trois tours d’Argent,
il s’agit de celui de la famille des HELIE de Ségur, qui par mariage avec Sibylle de LASTOURS Dame de POMPADOUR, va donner deux branches distinctes. Les HELIE de POMPADOUR et les HELIE de CHABRIGNAC ancêtres des HELIE de COLLONGES ou COLONGES
L’écu à trois tours est sculpté sur les églises du Bourdeix, de Saint-Estephe*, de Pluviers et de Bussière-Badil.

L' église de St-Estephe, à trois nefs, nous parait avoir été construite en trois périodes : la première, à gauche et voûtée en berceau avec petites croisées à plein cintre, du Xe au XIe siècle ; la seconde, ou nef centrale, à voûtes ogivales, sur les clefs desquelles figure une croix de Malte du XIIe au XIIIe siècle ; la troisième, aussi voûtée en ogives, a dû l'être au XVe par un membre de la famille Hélie de COLONGES et de POMPADOUR, dont l'écu à trois tours est sculpté sur les clefs de voûte. R. de LAUGARDIERE.

Il s’emble qu’Antoine HELIE de COLLONGES et ses successeurs aient voulu marquer de leur empreinte leurs nouvelles possessions autour de Piégut entre 1450 et 1500.

Antoine HELIE de COLONGES, devient Marquis du Bourdeix par son mariage avec Isabeau de LA GOUBLAYE.

 
Un peu d’histoire !...

 L’an 1421.
Thibaud II de LA GOUBLAYE, Seigneur de Puyagut et résidant au château devient capitaine de la Châtellenie de Piégut* .

Jean de BLOIS, Seigneur de l’Aigle, Vicomte de Limoges dit Jean de BRETAGNE érige en seigneurie les terres qui dépendent du château de Puyagut et s’étendent dans les paroisses de Pluviers, Saint-Barthélémy et Saint-Etienne-Ledros (Sanctus Stéphanus Deus Ledros) autrement dit en occitant Saint-Estephe.
Ainsi donc, le vicomte de Limoges fit, en 1421, donation de la paroisse de Saint-Barthélémy à Thibault de LA GOUBLAYE, dont la fille Isabelle** seule héritière, la porta en dot dans la famille HELIE de COLONGES par son mariage (avant 1454) avec Antoine HELIE de COLONGES Seigneur des Collonges et de Chabrignac.

La famille de LA GOUBLAYE possédait ainsi le marquisat du Bourdeix et la Châtellenie de Piégut. Par ce mariage Antoine HELIE de COLONGES devient Seigneur de Collonges, de Chabrignac, d’Estouard, de Bourdeix, de Teyjat, de Saint-Yrieix et de Puyagut (et les châtellenies dépendantes)

*Châtellenie de Piégut : Comprend les paroisses de Pluviers, Saint-Barthélémy et la justice de Champniers.
** Isabelle de LA GOUBLAYE a été inhumée dans l’église de Pluviers.

L’origine de cette famille est en Bretagne dans les Cotes d’Armor à Plurien près de Fréhel.

 
 
Thibault II de LA GOUBLAYE, né vers 1395 et décédé avant 1446, a été Écuyer, capitaine de la Châtellenie de Nontron, et Lieutenant du Sénéchal de Saintonge en Poitou.
Il fut sélectionné par le Dauphin de Viennois (futur roi de France, Charles VII) pour constituer un groupe de 25 gens d’armes, selon des lettres signées à Chinon, le 3 novembre 1418.
Il s’est également trouvé parmi les quarante gentilshommes qui ont accompagné Jean de Blois, Seigneur de l’Aigle, dans ses campagnes de 1418 et 1420.
A cette occasion, Thibaut de La Goublaye et Rolland du Gourrai étaient les conseillers politiques de Jean de Blois, et ont eu une participation importante dans la planification de la tentative d’enlèvement de Jean IV, Duc de Bretagne à l’Abbaye de Beauport, qui a été frustrée car, le Duc étant avisé à l’avance a changé d’itinéraire.

La participation de Thibaut de La Goublaye à cette tentative l’obligea à quitter la Bretagne, ses biens étant mis sous séquestre, et dès lors nous avions perdu toute trace de lui jusqu’à l’apparition d’une généalogie de M. Jean Michel Ducosson, qui situe sa descendance en Dordogne et d’une communication de Monsieur Gilles de Blignières qui nous a donné des détails intéressants sur les activités de Thibaut en Dordogne.
En effet, M. Gilles de Blignières nous signale que : « Jean de Blois, Seigneur de l’Aigle, alors régent de la vicomté de Limoges pour le compte de son frère Olivier, avait érigé en 1421 le château de Piégut en seigneurie par démembrement de Nontron, et l’avait donné à son capitaine (Thibaut de La Goublaye).
Par ailleurs, selon Monsieur Gilles de Blignières, « Thibaut de la Goublaye avait également été en août 1426, avec Hélie de Paysac, l’organisateur de la fameuse « conspiration de Gautier Pradreau » visant à rétablir Jean de l’Aigle dans ses droits fiscaux sur le château de Limoges
.
Ecu commun aux HELIE de CHABRIGNAC, de COLLONGES, de POMPADOUR

S’il existe d’autres armoiries à gauche du vitrail cité plus haut, alors il pourrait s’agir de la représentation du mariage entre le famille de LA GOUBLAYE et celle de HELIE DE COLONGES et donc du passage de la paroisse de Saint-Barthélémy de la première vers la seconde. Cette hypothèse semble bien hasardeuse et les peintures n’auraient pas l’état de conservation actuelle.

A noter que l’un des fils du couple, Jean HELIE de COLONGES devient Prieur de l’abbaye bénédictine de Bussière-Badil à partir de 1481 puis Protonotaire apostolique, Abbé de Dalon (St Trie, Dordogne).
La paroisse de Saint-Barthélémy resta en possession de la famille HELIE de COLONGES jusqu’en 1619 ou elle passa dans celle des HELIE de POMPADOUR, dont généalogie simplifiée de père en fils.

Antoine HELIE de COLONGES, Guy HELIE de COLONGES, Poncet HELIE de COLONGES et enfin Charles HELIE de COLONGES de PELLEGRUE décédé en 1619, épouse Charlotte de FUMEL. Celle-ci épouse en seconde noce en 1629 Jean HELIE de POMPADOUR, seigneur puis baron de Laurière et seigneur puis baron de Ris.

Dont :
Philibert HELIE de POMPADOUR né vers 1613 et décédé à Nontron le 26 juin 1683 baron puis marquis de Laurière et baron puis marquis de Ris et seigneur du Bourdeix et seigneur de Piedgut (dont dépend la paroisse de Saint-Barthélémy), épouse en 1645: Catherine fille de Léon III baron de Montausier.

Dont :
Léonard Marquis de Pompadour, marquis de Laurière et comte de Puymielan. Sénéchal du Périgord, épouse: Gabrielle de Montault,

Dont :
Françoise, épouse le 17/06/1708: Philippe-Egon de DANGEAU, marquis de Courcillon.
La paroisse de Saint-Barthélémy fut vendue en 1735 par Dame Françoise HELIE de POMPADOUR, Marquise de COURCILLON ci-dessus nommée, à M. DULAU d'ALLEMANS, dont le fils la revendit en 1769 à M. de LA RAMIERE, dernier détenteur jusqu’a la Révolution.

 
En conclusion :
Les armoiries pourraient bien être celles de Philibert de POMPADOUR, marquis de Laurière, marquis de Ris, seigneur de Piegut et du Bourdeix, promu Chevalier de l’Ordre du Saint-Esprit en 1651 sous le règne de Louis XIV. Prieur de Nontron, conseiller d’état, maréchal de camp et Sénéchal du Périgord.
  <<< Cliquez ici pour en savoir plus !
 

Sources :
- Les archives du Périgord dans les bulletins de la Société d'Histoire et d'Archéologie du Périgord (1874-1937) Tome 19 : Essais sur l’arrondissement de Nontron (extraits) (R. de Laugardière)
- Généalogies Limousines et Marchoises - t. XVII – Thesee
-Yves de La Goublaye de Ménorval/Loïc de La Goublaye de Nantois: "Histoire et Généalogie de la Maison de La Goublaye et de se alliances" (2006-2010), inédit.
-Généalogie de M. Jean Michel Ducosson
-Liste des chevaliers de l'ordre du Saint-Esprit - Wikipédia
Texte, Photos, Dessins par Daniel Zwilling Généalogiste  non professionnel depuis 1990, membre du Cercle Généalogique d’Alsace.



 

 



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement